• Les arbres & arbuste

     
    Les arbres & arbuste
    Les bougainvillées
    Bougainvillées Les bougainvillées (bougainvillea en latin), sont des arbustes grimpants de la famille des Nyctaginacées. Le nom bougainvillée provient de l'explorateur Bougainville qui en rapporta pour la première fois du Brésil au 18ème siècle. Très courants dans les jardins antillais et dans les jardins des régions au climat méditerranéen, les bougainvillées sont cultivées pour leurs bractées (feuilles modifiées à la base de la fleur) multicolores et très colorées (blanc, rose, violet, rouge ou orange). Les fleurs du bougainvillée sont petites et blanches. Ces lianes mesurent entre 5 et 7 mètres de haut.La résistance au froid et au gel varie d’une espèce de bougainvillée à l’autre. Globalement les bougainvillées sont peu rustiques. Certaines variétés toutefois tolèrent des gels passagers allant jusqu’à - 5°C.En région méditerranéenne, installez vos bougainvillées à la fin du printemps en plein soleil avec le pied abrité du vent et paillez l’hiver. Les bougainvillées s’accommodent de tous les types de sol, préférez tout de même les sols bien drainants, profond et si possible humifères (riche en humus). Le bougainvillée vcroit d'autant mieux que le sel reste bien frais en été : paillez à son pied.Taillez les bougainvillées tous les 3-4 ans au printemps quand les risques de gel sont passés. Rabattez les pousses nouvelles et taillez les rameaux disgracieux. En pot, taillez tous les 1 à 3 ans selon la taille de la plante.Arrosez quand il fait très chaud, et en période de floraison, arrosez 2 à 3 fois par jour. Cependant, ne gardez pas le substrat trop humide, car la floraison est liée à une certaine sècheresse. Arrosez de préférence à l'eau de pluie à température ambiante. Diminuez la fréquence en fin d’été afin que la plante s’endurcisse avant l’arrivée du froid. Dans les régions froides, pensez à pailler le pied et à le protéger à l’aide d’un voile d’hivernage. En pot, arrosez régulièrement en fonction de l’humidité de la terre. REMARQUE : Quand la température dépasse les 30°C, les feuilles et jeunes pousses peuvent sembler fanées même si le substrat est humide. Elles s'en remettront le soir quand l'air se rafraichit.Rempotez plutôt vos bougainvillées en période de croissance (d’avril à juin). Après rempotage, retirez une grande partie des plus grosses feuilles afin d’établir un équilibre feuille/racines et laissez-le 1 à 2 semaine à mi-ombre. La floraison intervient généralement entre mai et septembre et dure plusieurs mois. Le refleurissement s'avère hélas un peu délicat. Voici nos conseils d'entretien sur une année typique.



    Bois Bouton
    Bois Bouton Cephalanthus occidentalis Le Bois Bouton sur Tige n'est pas un arbuste très connu. Les papillons adorent ses fleurs sphériques d'un blanc crémeux et parfumées. Le Bois Bouton sur Tige est une plante très solide. Cet arbuste a un aspect peu commun qui lui donne une présence remarquable sur la terrasse et balcon. Hauteur de la tige environ 50 cm.Assurez-vous que la motte du Bois Bouton sur Tige est bien humide. Vous pouvez la placer dans un seau d'eau tiède avant la plantation. Prenez un grand pot ou un grand bac avec des trous dans le fond. Couvrez le fond du pot d'une couche de billes d'argile ou de graviers. Mettez du terreau et plantez le Bois Bouton à la profondeur appropriée. Remplissez le pot de terreau et appuyez fermement autour de la plante. Arrosez immédiatement après la plantation. Placez le pot dans un endroit semi-ensoleillé. Le Bois Bouton sur Tige peut être planté en pleine terre dans le jardin. Le Bois Bouton sur Tige est un arbuste à feuilles caduques très solide et rustique. il se développe et fleurit aussi bien dans un pot qu'en pleine terre dans le jardin. Il est facile à associer au milieu d'une plate-bande ou un massif de plantes basses. Le Bois Bouton sur Tige est certainement un véritable point de mire.Exposition au soleil. Sol léger, sans trop de calcaire, frais. Rustique, au moins jusqu'à -15°C. Floraison : juillet à septembre.Utilisation : massif, isolé, bordure, bassins, pièce d’eau.Feuillage caduc. Port Etalé. Intérêt automnal. Odorante.Arbuste trop méconnu à la floraison globulaire estivale (et non pas automnale) intéressante.

     

    Cognassier du Japon
    Cognassier du Japon

    Vigoureux arbuste touffu, épineux à feuilles ovales. Donne au début du printemps, une abondance de fleurs rouge sombre à anthères jaune d'or, suivies de fruits globuleux jaunes.Arbuste très accommodant, qui s'adapte à tous les sols et toutes les régions, le cognassier du Japon nous enchante par sa floraison très précoce aux couleurs toniques. C'est aussi un bon arbuste défensif, qui produit des fruits décoratifs, dont on peut faire d'excellentes confitures.On connaît trois espèces de cognassiers du Japon, arbustes caducs ou petits arbres, la plupart du temps épineux, que l'on appelle aussi " cognassiers à fleurs ". Ils comptent parmi les meilleurs arbustes du début de printemps, en raison de leur floraison très généreuse et de longue durée.Dès la fin de l'hiver, les petites corolles aux couleurs éclatantes s'ouvrent sur le bois nu et durent plusieurs mois, jusqu'à la venue du jeune feuillage. Après fécondation, elles donnent des fruits aromatiques jaune vert, parfois lavés de pourpre, qui ressemblent un peu à des pommes. Décoratif et parfumé, le fruit du cognassier du Japon est aussi comestible une fois cuit. Il est utilisé de la même manière que le coing du Cydonia pour faire des gelées. On le mélange souvent à des poires et des pommes dont il renforce la saveur. Il entre aussi dans la composition de certaines liqueurs.
    A l'automne, l'arbuste prend un nouvel attrait, avec son feuillage tout à fait remarquable, d'une jolie teinte dorée parfois carmin.Les cultivars à fleurs doubles ou semi-doubles ou aux couleurs bien définies doivent obligatoirement se propager par bouturage. Opérez en août, avec des boutures à talon de 10 cm de long, prélevées sur des pousses latérales. Plantez-les en pot dans un mélange à parts égales de sable de rivière fin et de tourbe blonde. L'utilisation d'hormones de bouturage est recommandée. Couvrez d'un film plastique ou installez les boutures dans une miniserre. Conservez la culture à l'intérieur, une température minimale de 16 °C étant nécessaire pour l'enracinement. Les boutures sont empotées individuellement à la fin octobre dans un terreau pour semis et hivernées sous châssis. Les jeunes plants fleurissent dès l'année suivante. Le semis est possible, après avoir récolté les graines à complète maturité des fruits, puis les avoir stratifiées dans du sable humide durant tout l'hiver. Le mélange sable et graines est semé au printemps, en ligne, en pleine terre. La levée peut demander deux mois. Les premières fleurs apparaissent après trois à cinq ans de culture.



    Arbre aux papillons
    Arbre aux papillons '

    Les arbres aux papillons sont vigoureux et vraiment faciles à cultiver. Offrez-lui seulement une place ensoleillée et il produira de nombreuses panicules de fleurs parfumées bleues, violettes, roses, rouges ou blanches sur lesquelles viendront butiner des myriades de papillons en été. Ses branches sont arquées, ce qui lui donne un joli port légèrement retombant et ses feuilles sont vert grisâtre. Rabattez-le d'au moins la moitié au mois de mars, son port sera plus compact et il fleurira mieux.C'est un arbuste dont les tiges sont anguleuses, dressées et tomenteuses.les feuilles sont opposées, acuminées, lancéolées, denticulées.les fleurs sont parfumées et se présentent en racème simple trés dense et cylindrique d'une vingtaine de centimètre.Elles sont tubuleuses de 1cm environ et se transforment aprés fécondation en petites capsules allongées. Cet arbuste fait office de plante pionnière dans des sites rocailleux ou pauvres avec le risque de s'imposer sur tout autre type de sol au détriment de la diversité Ses longues feuilles caduques vert foncé sont blanc-gris au revers, il s'adapte à tous les sols sans difficulté et préfère les expositions ensoleillées ou mi ombre. de la flore existante.Dans certaines régions de la planète, c'est un véritable fléau écologique.D'une culture dès plus facile, il a seulement besoin d'être taillé très court en fin d'hiver afin de favoriser un départ de végétation et une floraison abondante. Utilisation en isolé, massif ou haie fleurie. Hauteur adulte : 3 à 4 mètres.MALADIES & RAVAGEURS Punaises, chenilles, otiorrhynques, tordeuses, araignées rouges.



    Aubépine
    Aubépine, épine blanche

    Arbre à couronne arrondie, épineux, à feuilles découpées. Corymbes plats de fleurs blanches à anthères roses, parfumées, suivies de fruits rouge foncé brillant. Idéal en haie. Exposition au soleil. Sol ordinaire, pauvre, même calcaire, sec à modérément humide. Rustique, au moins jusqu'à -20°C. Feuillage caduc. Port ArroOrigine : Europe. Cette espèce est menacée de disparition en Europe, du fait d'une maladie appelée feu bactérien (qui jaunit les feuilles). ndi. Intérêt printanier, automnal. Plante medicinale, odorante. Haie, plante bonsaifiable.Légendes et traditions : Dans la mythologie romaine, l'aubépine est dédiée à Maïa, mère d'Hermès, fêtée en Mai (de "Maïa"). C'est en mai que fleurissent en général les aubépines. Mai est devenu le mois de Marie, la Vierge, par identification. Mai est le mois du renouveau. En Bretagne : arbre des sorcières car il n'est pas touché par la foudre.
    Utilisation : l'aubépine servait à délimiter les champs dans les régions dépourvues de pierre (où on ne pouvait pas batir de murets). L'aubépine est un arbre très robuste qui peut être utilisé dans une haie libre ou isolé ou il peut être conduit en petit arbre. L'espèce botanique a de petites fleurs simples blanches très jolies, mais vous trouverez aussi des variétés aux fleurs doubles blanches, roses et rouges.Méthode de multiplication:semis, bouturage, greffage.



    Groseillier à fleurs

    .Groseillier à fleurs

    Le groseillier à fleurs offre une magnifique floraison printanière.D’entretien facile, la plantation et la taille vous aideront à favoriser la croissance et à avoir de belles fleurs.Préférez une plantation à l’automne ou au printemps mais évitez les périodes degelées ou de fortes chaleurs.Ce groseillier est un arbuste à fleurs rustique dont la hauteur peut atteindre les 3m de haut. Son feuillage caduc est composé de jolies feuilles vertes claires dont la forme rappelle celle du trèfle. Utilisé comme haie ornementale, le groseillier à fleurs enjolivera votre maison de ses fleurs roses et blanches durant la période d’avril à juin. Le groseillier à fleurs produit également des fruits, des petites baies brune-noires dont le diamètre ne dépasse pas 8 mm,mais qui contrairement aux fruits acidulés produits par d’autres sortes de groseilliers, sont totalement sèches et dépourvues de goût. Le groseillier se sème en été. Pour une multiplication, c’est également à cette période qu’un bouturage peut-être effectué. Le rempotage ou la plantation du groseillier à fleurs se pratique en revanche en automne. La taille s’effectue après la floraiA la plantation, mélanger votre terreson, vous devez couper les branches les plus âgées pour que l’arbre puisse se renouveler.Le groseillier peut être utilisé aussi bien en isolé qu'en massif ou en haie paysagère.




    Cognassier
    Cognassier

    Il a une silhouette remarquable et une floraison de printemps qui l'autorise à rivaliser avec les plus beaux magnolias. L'automne le pare de belles couleurs puis le couvre de fruits aussi décoratifs que parfumés. Il est facile à cultiver, s'adapte dans nos régions. Qui est donc cet arbre mystère ? Appelez-le cognassier ou cydonia, pomme d'or ou poire de Cydonie : ce bel arbre fruitier un peu oublié va vous étonner.Le cognassier est un très beau fruitier, porteur de jolies fruits appelées les coings.L’entretien, la taille et la plantation sont autant de gestes qui amélioreront la fructification.Comme la plupart des arbres, la plantation s’effectue à l’automne pouAucune taille n’est nécessaire, elle n’améliorera pas la fructification.Supprimez seulement les branches mortes ou malades au fur et à mesure.r favoriser l’enracinement avant l’hiver et donc obtenir une meilleure reprise au printemps.De culture facile et ne nécessitant pratiquement aucun entretien, le cognassier fait des adeptes.Il trouve aussi bien sa place dans un petit jardin de vilCalcaire, argileux ou encore humifère, acide ou alcalin... Tous les sols de jardin diffèrent, et de leurs caractéristiques dépendent fortement les cultures qui réussiront sans effort, ou bien celles qui nécessiteront quelques améliorations du sol. Pour bien connaître votre terre, analysez votre sol!le qu’au beau milieu de la campage, de préférence là où le climat n’est pas trop froid.Sol .

        Hauteur adulte : de 4 à 6 m
        Largeur adulte : de 2 à 3 m
        Croissance annuelle : de 30 à 50 cm
        Rusticité : **** (- 25 °C)


    Plantation

    De préférence durant la période d’arrêt végétatif (de fin octobre à mi-mars). Les sujets proposés à racines nues reprennent sans problème après un habillage (taille) des radicelles et un bon pralinage. Le sol doit être très soigneusement préparé avant la plantation et surtout débarrassé de toutes les mauvaises herbes. Un apport de poudre d’os comme engrais de fond est tout à fait conseillé.
    Les racines ayant tendance à s’étaler, creusez un trou assez large. Le point de greffe doit se situer nettement au-dessus de la surface du sol.
    Il est fortement déconseillé d’effectuer une taille des rameaux lors de la plantation.

    Multiplication

    Le marcottage par buttage sert à obtenir des sujets qui seront greffés en écusson en pied à œil dormant.
    Les variétés à gros fruits sont écussonnées à œil dormant du 15 juillet au 15 août, sur des cognassiers francs de deux ans (obtenus par semis de pépins en automne, la levée s’effectuant au printemps) ou de l’aubépine (Crataegus laevigata). Il semble que l’emploi de l’aubépine comme porte-greffe confère un surcroît de fertilité au cognassier. Cela lui permet aussi de mieux s’adapter aux sols franchement calcaires. Les greffes en fente à la fin février donnent aussi de bons résultats, principalement sur aubépine. Poirier et sorbier des oiseleurs peuvent aussi servir de porte-greffe au cognassier, mais ils sont très rarement employés.
    Pour les sujets destinés à l’ornement, vous pouvez effectuer des boutures herbacées en juin, semi-ligneuses de juillet à septembre ou ligneuses (à bois sec) d’octobre à décembre.



    Deutzia
    Deutzia

    Le Deutzia est un magnifique arbuste dont le feuillage disparaît au début de l'été sous une avalanche de petites étoiles blanches ou roses. En compagnie d'autres arbustes à floraison printanière, il vous offrira une inoubliable floraison printanière.

    Très rustique, d’une croissance rapide mais sans devenir trop grand, d’une culture très facile, le deutzia est un arbuste à floraison printanière idéal, même pour les jardiniers novices, et particulièrement intéressant pour les petits jardins. Avec sa belle silhouette, il peut rester isolé, ou en compagnie d’autres arbustes, étoffer un massif, former une petite haie ou remplir les trous laissés dans une plantation d’arbres. Dans un jardin plus grand, il aura plus d’allure si on le plante par groupe de trois ou cinq.

    Les plus petites variétés, comme le Deutzia gracilis ‘Nikko’ ou les Deutzia x rosea, peuvent garnir une rocaille, ou être cultivés dans un bac profond, et trouver alors leur place sur la terrasse ou le balcon.

    Caduc, il perd ses feuilles en hiver, mais même alors, certains deutzia comme le Deutzia scabra restent très décoratifs avec une belle écorce qui s’exfolie. Enfin, les adeptes de l’art floral pourront utiliser ses branches fleuries pour confectionner leurs bouquets.Comme tous les arbustes à floraison printanière, les deutzias se taillent tout de suite après la floraison. On élimine ainsi les fleurs fanées et on encourage la croissance des nouveaux rameaux.En mai-juin vous trouverez votre deutzia vendu en conteneur dans les jardineries, pépinières et autres points de vente spécialisés. Il sera déjà en fleurs, et vous pourrez ainsi dès l’achat apprécier leur couleur et leur forme.Lorsque la floraison de votre deutzia sera terminée, il vous faudra procéder à une petite opération de nettoyage, afin qu’il se prépare à fleurir de façon encore plus abondante au prochain printemps.

    Taillez les rameaux en les coupant d’un tiers, au-dessus d’un bourgeon situé vers l’extérieur du cœur de l’arbuste. C’est de ce bourgeon que naîtra une nouvelle ramification, qui portera des fleurs l’année prochaine. Cette taille d’entretien doit se faire tous les ans, à la rigueur tous les deux ans. Elle permet à l’arbuste de s’étoffer peu à peu.

    Lorsque votre deutzia sera plus âgé, vous supprimerez à sa base les branches les plus anciennes afin de permettre à la lumière de bien pénétrer à l’intérieur de l’arbuste. Si vous pratiquez une taille très sévère, pour donner un coup de jeune à votre deutzia, il ne refleurira que deux ans plus tard, le temps de reformer ses branches

    Cette multiplication s'opère généralement au printemps, mais elle est possible en toute saison. Il suffit de couper, sous un nœud,  un ou plusieurs rameaux vigoureux de 8 à 15 cm. Choisissez une tige sans fleur et coupez en biais sous un noeud avec un greffoir bien aiguisé. Préparez la bouture en enlevant les feuilles inférieures et en coupant les feuilles médianes de moitié. Conservez entières les feuilles du haut. Il existe plusieurs méthodes.

    Pour herbacées. Prélevez une tige avec talon ou une jeune tige de 7 ou 8 centimètres au début de la croissance de la plante - sève montante -, coupée en biais sous un noeud avec un greffoir bien aiguisé. Choisissez une tige sans fleur. Retirez les feuilles du bas. Plantez-la dans un pot en laissant dépasser 3 centimètres, arrosez régulièrement et gardez sous châssis jusqu'à la saison suivante de mise en terre.

    La première méthode consiste à mettre une ou plusieurs boutures dans un récipient (bouteille ou bocal) rempli d'eau, additionnée ou non d'hormone de bouturage. Les racines étant suffisamment développées (au moins 2 cm), on les repique dans un mélange terreux approprié.
    Plantes concernées : les Impatiens.

    La seconde méthode demande une préparation plus longue au départ, mais évite le rempotage, toujours délicat pour les racines fragiles. Il s'agit de mettre chaque bouture dans un godet de tourbe biodégradable rempli de vermiculite humide (en vente dans le commerce). Auparavant enduisez la coupe de poudre d'hormone. Placez le godet dans un autre pot, de préférence en terre cuite, contenant le compost adapté à la plante en veillant à laisser aux futures racines un espace vital suffisant. Poussant à travers le godet qui se désagrège, les racines se trouvent directement en place dans leur milieu de culture. Pour éviter l'évaporation de la vermiculite durant la formation des racines, entourer godet et pot dans un sac en plastique transparent fermé à sa partie supérieure.
    Plantes concernées : Impatiens, Lobelia.

    On peut aussi piquer les boutures dans une caissette remplie d'un mélange à parts égales de terreau et de sable. Arrosez puis couvrez la culture d'un film en plastique transparent et placez-la dans un endroit légèrement ombragé. Enlevez le film en plastique lorsque les boutures développent des jeunes feuilles au sommet. En fin d'automne, déménagez la caissette sous châssis ou en serre froide. Repiquez les boutures racinées en mars dans des godets individuels. Mettez en place au mois d'octobre.
    Plantes concernées : le troène.En massifs ou en isolé dans les petits jardins. Vous pouvez également planter les petits sujets en rocaille. Ils se marient avec grâce aux fleurs vivaces et aux rosiers anciens qui s'épanouissent en même temps qu'eux.

     

    Corête du Japon
    Corête du Japon

    Originaire d'Asie, et plus particulièrement du sud de la Chine (et naturalisée ensuite au Japon), la corête du Japon est un arbuste de taille modeste, ne dépassant que rarement 2 mètres de hauteur, formant un élégant buisson étalé. Contrairement à ce qu'elle laisse paraître, ses nombreux rameaux ne sont que peu ramifiés. Ils se couvrent de petites feuilles simples, caduques, de couleur verte. En forme de cœur à la base, elles se terminent en pointe effilée. Les contours sont dentelés.

    À partir du mois d'avril, et jusqu'au mois de juin, les fleurs font leur apparition. De couleur jaune d'or, elles sont petites et nombreuses. L'espèce type possède des fleurs simples mais il existe une variété aux fleurs doubles, ressemblant à de soyeux pompons.

    L'intérêt printanier de la corête du Japon est indéniable, mais le feuillage léger et l'arcure des rameaux toujours verts, en font un arbuste d'intérêt ornemental de toute saison.Le port buissonnant de la corête du Japon et ses merveilleuses fleurs, en font un allié de choix pour les haies libres ou les massifs d'arbuste. Ses rameaux traçant peuvent également se palisser contre un treillage et, cerise sur le gâteau, elle se comporte également très bien, en pot. Il lui faut cependant de la place pour s'étaler (la largeur de la corête du Japon, à la taille adulte varie entre 2 et 3 mètres).La corête du Japon est un arbuste qui apprécie le soleil, mais qui tolère l'ombre légère, surtout si elle est cultivée en pot. Peu exigeante quant à la nature du sol sur lequel elle pousse, elle s'accommode de terres à tendance alcaline ou acide. Évitez cependant les sols trop secs. À la plantation, les arrosages réguliers sont nécessaires pour favoriser la reprise de végétation, au rythme d'une fois par semaine.À la fin de la floraison, au début de l'été, effectuez une taille de rafraîchissement.La corête du Japon émet des drageons ; le plus simple est de les prélever à l'automne. Les boutures sont également un bon moyen de la multiplier.
    Exposition : placez la corête du Japon au soleil ou à l’ombre légère.
    Sol : la plante s’adapte bien aux terres légères et fraîches, même calcaires.
    Dimensions : 1,50 à 2,50 m de hauteur et d’étalement.
    Plantation : préférez la mi-ombre dans le Midi, évitez les emplacements contre un mur plein sud ou les endroits trop ventés.




    Le chèvrefeuille
    Le chèvrefeuille

    Le chèvrefeuille est apprécié au jardin : grimpé sur une tonnelle ou palissé contre un mur. Il existe également des espèces arbustives qui formeront de belles haies, massifs et bordures. Ses feuilles apparaissant très tôt dans l’année (dès le mois de mars), le chèvrefeuille sera le premier à donner une touche de verdure au jardin. Ce que l’on aime aussi chez lui – en dehors de ses belles fleurs – c’est sa robustesse, sa longévité et sa résistance aux maladies.
    Souvent très parfumées, ses fleurs tubulaires produisent un nectar qui attire insectes et oiseaux. Elles sont généralement jaune crème teinté de rouge pourpre, comme chez les variétés ‘Goldflame’, ‘Mandarin’, et ‘Dropmore Scarlet’. Les feuilles aussi ont de belles couleurs : pourpre virant au vert-bleuté ; elles sont persistantes, comme chez la variété ‘Hall’s Prolific’, semi-persistantes ou caduques. De petites baies jaunes, orange, roses ou rouges décorent l’arbuste l’automne venu, elles ne sont pas comestibles et même toxiques chez certaines espèces.Le chèvrefeuille des jardins est une plante grimpante qui pousse rapidement et permet d’habiller tonnelles, murs et pergolas. Les plantes de cette famille sont très appréciées des jardiniers pour leur floraison parfumée.Le chèvrefeuille émet des fleurs odorantes au printemps (pour la plupart !). Certaines espèces comme le chèvrefeuille du Japon peuvent devenir très envahissantes et finir par se naturaliser dans certaines régions. Sous son feuillage très dense, rien ne pousse. Vous pouvez l'utilisez comme couvre-sol très efficace.Un excès d'eau, un sol mal drainé et froid en est surement la raison. Taillez votre chèvrefeuille après la floraison pour le remettre en forme.Les chèvrefeuilles arbustifs aussi bien que les grimpants, ont besoin d’une petite taille chaque automne, où ils deviendront bien vite une broussaille désordonnée. On élimine donc le bois mort tout en donnant à la plante un port équilibré. Chez les grimpants en particulier, le bois qui a porté les fleurs doit être élagué, incitant ainsi la plante à produire de nouvelles pousses. Durant les deux premiers étés, pour aider la plante à s’installer, on l’arrosera copieusement.Le chèvrefeuille n’a pas d’ennemis sérieux à part l’oïdium. Cette poudre blanche sur les feuilles est due à un champignon et peut être traitée simplement avec du petit lait ou du lait écrémé dilué : 1L de lait pour 9 L d’eau.
    Pour les autres maladies, il faut agir à l’apparition des premiers signes : supprimer les parties atteintes et les brûler se révèlera au final plus efficace et plus sain pour votre plante que l’emploi de produits chimiques.
    L’excès d’eau dans un sol mal drainé et froid aura raison du chèvrefeuille dont les feuilles jauniront et tomberont. Après floraison, le tailler lui redonnera sa vigueur. Enfin, en adoptant quelques coccinelles dans le jardin, le chèvrefeuille ne craindra pas l’attaque des pucerons.La taille est en général inutile si ce n’est la suppression des branches dépérissant ou mal placées, hormis peut être les locineras nitida qui doivent être taillés à trois reprises au moins pour rester bien denses (toutes fantaisies de taille possible, en sphère, en cube, etc.) Si ces derniers gèlent, rabattez les tiges au ras du sol, elles repartiront directement de la souche.La nature est bien faite, il suffit d’un fragment de plante pour la reproduire à l’identique. Le bouturage est une façon d’obtenir beaucoup de plantes à coût réduit. Mémorisez bien que le temps du bouturage est de juin à septembre, je parle du moment idéal pour mettre toutes les chances de votre côté. Si vous ratez quelques boutures, dites vous que vous avez perdu du temps mais pas beaucoup d’argent.



    Haie Fleurie
    Haie Fleurie

    Les végétaux composant la haie fleurie ne devront pas dépasser 3 mètres à l'âge adulte, et devront être compatibles avec le terrain et le climat où ils seront plantés. On veillera à les associer de façon harmonieuse entre eux. Pour cela, le plus simple sera de créer un plan sur papier de sa haie fleurie avant de se lancer : les floraisons ainsi que les couleurs doivent être réparties dans l'espace et le temps, les feuillages caducs et persistants sont également alternés.

    Les végétaux composant la haie fleurie ne devront pas dépasser 3 mètres à l'âge adulte, et devront être compatibles avec le terrain et le climat où ils seront plantés. On veillera à les associer de façon harmonieuse entre eux. Pour cela, le plus simple sera de créer un plan sur papier de sa haie fleurie avant de se lancer : les floraisons ainsi que les couleurs doivent être réparties dans l'espace et le temps, les feuillages caducs et persistants sont également alternés.

    Une haie fleurie composée d’arbustes d'ornement, est idéale pour se cacher du voisinage tout en étant très décorative.  La haie fleurie libre et mélangée vous assure une succession de fleurs et de fruits du printemps à l'automne. Notre offre en ligne comporte un "kit Harmonie" composée de 7 arbustes sélectionnés pour leur floraison ou leur fructification étalée sur l'année, mais vous pouvez également composer votre haie en choisissant vous-même vos arbustes préférés : Abelia, Céanothe, Choisya, Cognassier, Cornus, Cotoneaster, Eleagnus, Escallonia, Forsythia, Laurier tin, Photinia, Seringat,Troène, etc...La taille est importante. Elle doit suivre le rythme de chaque type de plante et équilibrer la haie en fonction de la croissance de chacun. Je ne taille pas les lauriers du Portugal, je les laisse prendre cette jolie forme arrondie qui fait leur charme.



    clerodendron

    clerodendron

    Le clérodendron est un arbuste au feuillage et à la floraison généreuse.La plantation, l’entretien et la taille faciliteront une bonne croissance et les petits problèmes de culture.A la fin de l’hiver, vous pouvez rééquilibrer et réduire légèrement la ramure.Cet arbuste a un port arrondi que vous taillerez de manière à le conserver. Supprimez les branches mortes et abîmée.Exposition au soleil. Sol léger, humifère, pas trop sec à frais. Rustique, au moins jusqu'à -20°C. Feuillage caduc. Port Buissonnant. Intérêt estival, automnal. Odorante. Les clérodendrons regroupent des espèces d'abres et d'arbustes vivant dans des zones tropicales. Le clérodendron bungei est une espèce d'arbuste qui convient dans nos régions pourvu qu'on les protège dans les zones plus froides. Ces fleurs regroupées en panicules sont d'un rose profond et sont très parfumées. Installez vos pieds en plein soleil dans une terre fraîche et riche humus. Arrosez en période de forte chaleur.Plantation et multiplication

    Le clérodendron se plaît dans n'importe quelle terre assez drainante et humifère.
    A la plantation, on ajoutera du sable ou des cailloux si la terre est lourde et un bon terreau.
    Il aime plutôt la mi-ombre à l'abri des vents froids.

    La multiplication se fait par bouture en été ou par prélèvement de rejet à la souche.

    Le semis de graines au printemps est aussi possible si la graine a subi un repos hivernal.

    Cette plante est facile de culture.
    On peut en pot apporter un engrais pour plantes fleuries.
    Le clérodendron se taille pour conserver un port arrondi.
    On le paille en région froide surtout les premières années.



    Mûrier et mûres
    Mûrier et mûres

    Le mûrier offre de délicieuses mûres à condition de bien l’entretenir.Plantation, taille et entretien, voici les gestes qui vous permettront d’avoir une belle récolte de mûres.Qui ne connait pas les ronciers de nos campagnes, objet dès le mois d’août de toutes les convoitises de nos cuisiniers et cuisinières avertis .Habitat : les Mûriers supportent le calcaire et affectionnent la lumière (espèces héliophiles) et la chaleur.Taille maximale : 10-15 m.
    Port : houppier large sauf le Mûrier noir qui a un port étalé.
    Écorce fissurée, noire, avec, chez le mûrier noir, des bosses.
    Feuillage caduc. Feuilles en mai avec les fleurs. Les mûriers ont des feuilles de formes très variées, généralement ovales, à base cordée, et extrémité effilée, et bordure légèrement denté. Elles sont parfois profondément lobées, éventuellement asymétriques par rapport à la nervure centrale. Les rameaux contiennent une sève blanche riche en latex. Le Mûrier à papier est une espèce dioïque : les fleurs mâles sont des chatons, les fleurs femelles sont des boules de 1 cm de diamètre (glomérules), hérissées de poils violets papilleux qui sont des stigmates (comme chez l'Oranger des Osages). Les fruits des Mûriers ressemblent aux mûres de la ronce, mais en diffèrent : la mûre de mûrier est un amas de petits fruits charnus, tandis que la mûre de la ronce résulte d'une seule fleur dont on retrouve le calice à la base. Chaque carpelle donne un élément charnu contenant une graine.Mûrier blanc : les feuilles du mûrier blanc servent à l'alimentation du ver à soie (chenilles de bombyx).Utilisations : mis à part sont effet ornemental (notable quand même pour son feuillage magnifique, jaune et doré en automne), le murier noir est cultivé depuis l'antiquité pour ses fruits agréables. Dans toute la Gasgogne et le sud-ouest on le plante traditionnellement au milieu des poulaillers où les fruits sont très appréciés de la volaille. Les petits oiseaux aiment bien les fruits, eux aussi, mais la production est tellement abondante... Le bois du murier est très dur, très dense, cassant, avec des couleurs et des veinures remarquables qui en font un bois recherché en marquetterie. Dans le Sud-Ouest de la France, on commence à le planter comme arbre de rapport pour le bois. Floraison : elle a lieu en avril-mai; ce n'est pas l'attrait principal du mûrier noir, ces fleurs qui ressemblent un peu à des chatons ne sont pas spectaculaires. Le murier noir porte à la fois des fleurs mâles et femelles; il est autofertile. Récolte : les fruits sont récoltés à maturité, l'idéal est de maintenir sous l'arbre un sol parfaitement tondu, les fruits mûrs y tombent sans se salir et on peut aisément les ramasser.
    Besoins en eau : le murier noir est gros consommateur d'eau, mais rassurez-vous, à part la première année où il faudra l'aider à s'enraciner par des arrosages abondants (comme tous les jeunes arbres), vous n'aurez pas à vous inquiéter de l'arrosage des muriers adultes. Le système racinaire des muriers est tellement puissant qu'il ira chercher l'eau là où elle est, même très loin. C'est donc un arbre à éloigner des constructions .Ennemis : les tous jeunes plants de quelques centimètres de haut sont un met de choix pour les escargots et les limaces. Dans certaines contrées, des cicadelles peuvent trouer les feuilles, mais sans conséquences. Multiplication : le murier noir se multiplie par marcottage éventuellement; aussi par boutures semi-lignifiées (en juillet), mais surtout par semis de graines fraîches. Le semis fera bien sûr apparaître le polymorphisme propre au genre morus, alors que le bouturage conserve toutes les caractéristiques du pied-mère, mais au, fil du temps, il apprauvrit le patrimoine génétique de la plante. Le moyen le plus utilisé pour conserver les caractéristiques d'un cultivar est la greffe.

     

    Crocosmia Montbrétia
    Crocosmia Montbrétia

    Le Crocosmia ressemble à un petit glaïeul dont l’origine est l'Afrique du Sud. Les bulbes restent en place d’une année sur l’autre et refleurissent. Dans les massifs, selon les variétés, cette plante étalera ses couleurs des jaunes aux rouges en passant par les oranges. Car si les feuilles caduques sont étroites, les hampes florales portent, elles, 4 à 5 épis aux nombreuses fleurs. Le crocosmia requiert un sol riche en humus, léger, frais, bien drainé, sablonneux et une exposition ensoleillée voire mi-ombre, mais attention il craint la sécheresse. La plantation des bulbes se fait en mars ou avril, à 10 cm de profondeur, et espacés de 50 cm environ. L’hiver, soit ils restent en terre en étant paillés, soit ils doivent être rentrés à l’abri du gel pour être replantés au printemps. Cette fleur se multiplie par division des touffes au printemps ou à l’automne, ou par semis.Plantez-les en groupe, ce sera du plus bel effet. Les bulbes sont rustiques et vous pouvez les laisser en place ou ils se développeront pour former de grosses touffes. Les crocosmias s'étalent également par semis si vous ne retirez pas les fleurs fanées.Type de sol:riche en humus, léger, frais, sablonneux



    Erythrina coralloides

    Erythrina coralloides

    Ces plantes ont le portement de petits arbres, avec un tronc court qui porte une petite chevelure arrondie. L' Erythrina coralloides est de taille moyen , et peut atteindre les 4,5 m de hauteur;en printemps assume une coloration rouge . Ces plantes ne pas toujours vertes, donc perdent les feuilles durant certains mois de l'annèe. L' Erythrina coralloides a un développement en arbuste.Arroser uniquement les exemplaires jeunes, ou qui viennet d'être mis en demeure; les exemplaires adultes se contentent généralement des pluies. Dans cette période de l'année l' Erythrina coralloides a besoin d'arrosages réguliers qui doivent toutefois etre subministrés en laissant toujours sécher le terrain entre un arrosage et l'autre; intervenons à peu près chaque 2-3 semaines avec à peu près 2-3 sècs d'eau .On conseille de placer cette plante dans un lieu semi-ombragé, où la lumière solaire directe la touche pendant les heures plus fraiches de la journée. Dans un climat particulièrement venteux nous conseillons d'assurer les jeunes arbres à des longs tuteurs solides, de façon d'éviter que le vent puisse déchausser les jeunes racines peu développées.Origine : côte orientale de l'Afrique du sud, autrefois appelée Pays des Caffres ou Cafrarie (Kaffraria).Il supporte le froid jusqu'à 0°.Fleurs apparaissant à la fin printemps ou au début de l'été (mai-août) uniquement dans les régions assez chaudes.Grandes fleurs de pois de couleur rouge corail, groupées en bouquets terminaux érigés, qui attirent les oiseaux. 



    Diospyros kaki

    Diospyros kaki

    C'est un arbre au nom étrange "Kaki" ou plaqueminier du Japon. Il comprend environ 500 espèces, mais l'espèce la plus courante est le Diospyros kaki. Il peut atteindre 10 à 12 m de hauteur et peut vivre jusqu'à 60 ans selon les régions. Pour fructifier le kaki a besoin de chaleur, mais vous pouvez en apercevoir en région parisienne et à Paris au Jardin des plantes. Originaire de Chine et du Japon, il peut résister à des températures très basses de l'ordre de -20°C. Il fut introduit en France en 1860.Le plaqueminier du Japon est un arbre remarquable pour son port, ses fleurs blanches-jaunâtres en été et son feuillage lustré. En automne, son feuillage rouge orangé et en hiver ses fruits jaunes orangé aussi gros que des tomates attirent notre attention. Les fruits doivent être dégustés quand le gel les rend blets sinon ils sont âpres, leur goût rappelle celui de l'abricot et la chair celle de la datte. Mais attention vous les récolterez avant l'assaut des oiseaux qui en raffolent .Le kaki est un arbre que vous trouverez en pépinière, plantez-le assez gros (car il pousse lentement) dans un terrain bien drainé et sur un emplacement ensoleillé. Il ne supporte pas les terres trop argileuses mais supporte un peu d'acidité. Faites une bonne fosse de plantation et plantez toujours le tuteur avant. Placez du terreau de plantation autour de la motte pour favoriser son démarrage, comblez ensuite avec votre terre de jardin en laissant toujours une cuvette pour l'arrosage qui doit être copieux au départ.Le kaki est souvent greffé sur la variété Lotus ou Virginiana. Le fruit est riche en glucose ,en vitamine C et en minéraux, on peut le préparer en confiture ou le déguster frais.Le Kaki est de la même famille que l'ébène, que le bois est aussi dur et que l'on s'en sert pour fabriquer des clubs de golf.Le plaqueminier accepte une large gamme de sols, bien qu'il préfère des sols bien drainants, et légèrement acides.Le plaqueminier peut être propagé par semis, mais on garde en général cette méthode pour l'obtention de porte-greffes. Pour propager une variété, on préfèrera procéder à un greffage.



    Ceratonia siliqua

    Ceratonia siliqua 

    Le caroubier, à l’origine cultivé pour son fruit, est un bel arbre d’ornement à réserver aux régions les plus douces. Il a une durée de vie très longue mais avec une croissance lente. Il résiste très bien à la sècheresse.Origine : Afrique du nord, Proche Orient, Iles Canaries, Europe méridionale.Type : Arbre. Le caroubier pousse en changeant de direction au niveau des nouvelles branches, ce qui donne à l’arbre un aspect enchevêtré. Le tronc est épais et tordu.Résiste à -4°C au maximum.

    Feuillage : Beau feuillage persistant vert sombre, les feuilles assez coriaces sont composées de plusieurs folioles, elles ont de 10 à 20 cm de longueur.

    Plantation/Sol/Rempotage : Tout sol sec et pauvre, bien drainé. A l’origine, le caroubier était cultivé avec l’olivier, la vigne, l’amandier, en culture extensive.

    Insectes et maladies : Rien de particulier.

    Utilisations : Arbre d’ornement en isolé pour bien le mettre en valeur. Dans certains pays, comme en Californie, il est devenu invasif à cause de la dissémination des graines par les coyotes.

    Dans l’industrie, la farine de caroube correspond à l’additif E410 que l’on trouve dans les glaces, les pâtisseries, les aliments diététiques. Il sert aussi d’épaississant dans le lait en poudre pour bébé. La gomme de caroube issue des graines sert aussi dans l’industrie alimentaire et dans la fabrication du papier, de textiles, de médicaments, de produits cosmétiques.La croissance est lente, l’arbre atteint 5 à 7 m de hauteur. Sa longévité est très grande, de l’ordre de 500 ans. Un lien en bas de page vous permet de visionner deux caroubiers exceptionnels dans un jardin niçois.Floraison : Petites fleurs nectarifères à calice pourpre réunies en grappe en été et en automne. L’arbre est soit mâle, soit femelle, il faut donc avoir les deux pour obtenir des fruits.Les fruits, appelés caroubes, sont des longues gousses coriaces brun foncé à maturité. Ils contiennent des graines plates très dures, 15 à 20 par gousse, séparées par une pulpe jaune pâle farineuse et sucrée, comestible, au goût de chocolat. Plantation/Sol/Rempotage : Tout sol sTaille : La croissance étant assez désordonnée, une taille régulière permettra de supprimer les branches gênantes et de donner une forme particulière à la frondaison.ec et pauvre, bien drainé. A l’origine, le caroubier était cultivé avec l’olivier, la vigne, l’amandier, en culture extensive.

     

    Celti australis Cannabacées

    Celti australis Cannabacées

    Ce micocoulier, malgré sa vitesse de croissance assez lente, forme un très bel arbre d’ombrage très présent dans certaines régions du sud de la France. Il a une très longue durée de vie.Arbre. Son écorce est grise et lisse.Très bonne résistance jusqu’à -15/-20°C. Le Celtis occidentalis est plus sensible au froid (-12°C).Le micocoulier de Provence atteint une vingtaine de m de hauteur, en formant une cime étalée arrondie. Le tronc peut faire jusqu’à 1 m de diamètre, en présentant une base élargie avec l’âge.C’est un très bel arbre d’ombrage ou d’alignement pour les rues. Il a été négligé au profit du platane de croissance plus rapide mais sensible à une maladie mortelle, ce qui peut remettre le micocoulier au goût du jour.Insignifiante au printemps, suivie de petits fruits charnus (drupes) de la taille d’une petite olive.Tout sol profond bien drainé. Le micocoulier pousse en sol calcaire.Résiste bien au sec, mais un arrosage en été activera sa croissance. Le micocoulier a une très longue durée de vie jusqu’à 500 ans.Cet arbre, comme de nombreux arbres d’ombrage, peut faire l’objet de tailles régulières en hiver pour limiter son développement ou pour équilibrer sa structure.Ombrage, alignement. Le bois du micocoulier de Provence ayant la propriété de plier sans se rompre, il était traditionnellement utilisé pour la fabrication de manche à outil, de canne, de cravache, de fourche.TAILLE (Février-Avril) Avant la reprise en végétation.Environ 80 espèces (surtout en zones tropicales, quelques espèces en régions tempérées de l'hémisphère nord).

     

    Casuarina equisetifolia

    Casuarina equisetifolia - Filao à feuilles de prêle

     catégorie : arbre, dont l'écorce grise et fissurée, se desquame en longues bandes longitudinales. Les rameaux cannelés sont articulés comme les prêles.port : élancé de type pleureur. Vue de loin, beaucoup de gens le confondent avec un pin.feuillage : persistant, rugueux, vert à gris vert argenté. Aux noeuds des rameaux de minuscules feuilles squamiformes et verticillées. Ce sont les entre-nœuds verts qui assurent la photosynthèse.floraison : printemps ou été suivant la région. Fleurs apérianthées, unisexuées. Les mâles sous forme d'épis sphériques, terminaux, les femelles en glomérules (une bractée, pistil et des stigmates bilobés). Lorsqu'il y a fécondation, les bractées se soudent entre elles pour former un petit cône ligneux (2 cm environ), hérissé et spiralé. Chaque loge s'ouvre en deux pour libérer une samare. La pollinisation est effectuée par le vent. couleur : fleurs mâles de couleur crème virant au brun, fleurs femelles : stigmates d'un brun rougeâtre. Cône vert devenant marron à maturité.hauteur : 25 - 30 m.multiplication : par semis au printemps à la températures de 20 - 25° ou par bouturage de rameaux aoûtés.sol : tous même pauvre, sablonneux chargé en sel.emplacement : soleil, peut être planter en bord de mer, tolère les embruns et les vents violents.origine : Australie, Inde méridionale, Indonésie, îles du Pacifique, Malaisie, Madagascar et Tahiti. Se rencontrent le long des côtes en zones à climat chaud et sec.




    Brachychiton discolor

    Brachychiton discolor 

     Originaire d'Australie, le brachychiton est un arbre pouvant atteindre jusqu'à 30 mètres de haut. Il offre de belles fleurs roses en forme de cloche qui ont la particularité de ne pas avoir de pétale. D'un aspect velouté ses fleurs mesurent jusqu'à 7 cm de long, elles se forment en grappe au bout des branches. Les fleurs apparaissent de la fin du printemps à l'automne. Hautement décoratif lors de sa floraison, le brachychiton est planté comme arbre d'ornement. Rustique, il tolère différentes situations de climats (il supporte bien la sécheresse). De croissance assez rapide, sa germination se fait sans difficulté. Pour semer vos graines de brachychiton, couvrez vos semences d'un mélange de terre et de terreau (ou compost) dans un sol bien drainé. Conservez au chaud et à la lumière. Veillez à ce que la terre reste humide mais pas mouillée. Lorsque vos plants ont atteint une taille raisonnable (20 cm) vous pouvez les planter en pleine terre à un endroit ensoleillé. Attention même rustique le brachychiton reste un arbre tropical, le gel peut endommager les feuilles des jeunes plants en hiver, évitez de le planter dans les zones ou les températures sont très basses l'hiver. Sachez que vous pouvez cultiver votre brachychiton en pot car il est souvent utilisé en bonsaï.Le genre Brachychiton compte plus de 30 espèces, pour la plupart d’origine australienne. Ce sont des grands arbustes ou des arbres, souvent de croissance assez lente.Toutes les espèces sont monoïques, aves des fleurs mâles et femelles différentes mais sur le même arbre. Dans leur milieu d’origine, certaines espèces perdent les feuilles pendant la saison sèche, avant de fleurir de façon quelquefois spectaculaire.Fleurs en clochette rose foncé au bout des branches, sans pétale, avant l’apparition des feuilles. En Australie, la floraison survient en hiver. En Europe, la floraison apparaît de la fin du printemps à l’automne.Plantation/Sol/Rempotage : La plupart des Brachychiton accepte des sols assez variés, plutôt de pH neutre ou acide, de préférence assez riches, mais surtout bien drainés. Arrosage/Engrais : Rien de particulier, suivre l’arrosage en été quand l’arbre est encore jeune.Taille : Aucune, la croissance est lente, il ne faut pas stresser l’arbre et lui garder sa forme naturelle.



    Brachychiton acerifolius

    Brachychiton acerifolius Flamme australienne

    Arbre caduc à semi persistant, dont les feuilles sont semblables à des feuilles d'érable (d'où son nom acerifolius). Son port est colonnaire, et il peut atteindre 12 à 15 mètres de haut en culture, voire 40 dans sa région d'origine ! Floraison spectaculaire de fleurs rouge pourpre : le Brachychiton acerifolius se couvre de grappes de fleurs en forme de clochettes au printemps ou en été, avant l'apparition des feuilles.A placer au soleil, dans un sol drainé, riche et frais.Fleurs en clochette rouge vif, avant l’apparition des feuilles, ce qui donne à cette espèce son attrait décoratif particulier. En Europe, la floraison survient en mai-juin.Plantation/Sol/Rempotage : La plupart des Brachychiton accepte des sols assez variés, plutôt de pH neutre ou acide, de préférence assez riches, mais surtout bien drainés. Une fois bien installés, ces arbres supportent la sécheresse.Taille : Aucune, la croissance est lente, il ne faut pas stresser l’arbre et lui garder sa forme naturelle.



    Albizia julibrissin

    Albizia julibrissin 

     Albizia julibrissin, appelé également albizia, arbre à soie ou encore Acacia de Constantinople, est un arbre à feuillage caduc de la même famille que les mimosas (Acacia sp.). Il peut mesurer jusqu'à environ 12 m de hauteur, mais a généralement une taille plus modeste. Cet arbre, outre son feuillage finement découpé, est connu pour ses fleurs de couleur rose-pâle à rose-rouge, rassemblées en panicules à l'extrémité des branches.L'arbre à soie est un arbre ornemental, qui résistera aussi bien à des sécheresse occasionnelles, qu'à des gels assez forts, de l'ordre de -17°C à -20°C environ. On pourra donc le cultiver en zones USDA 7 et plus chaudes, et même tenter de l'acclimater dans un endroit abrité en zone 6b. Il en existe plusieurs cultivars : Le feuillage de l'arbre à soie est caduc et ses feuilles bipennées sont finement découpées, et donnent un aspect très gracieux à cet arbre.La floraison de l'arbre à soie est très ornementale. Les fleurs apparaissent en été. Elles sont regroupées en panicules aux extrémités des rameaux. Elles sont odorantes, de couleur rose-pâle à rose-rouge, et possèdent de très nombreuses étamines saillantes de couleur rose-pâle.Le fruit est une gousse oblongue, aplatie, brune à maturité. Sa longueur varie de 13 à 16 cm sur 2 à 3 cm de large.L'arbre à soie préfère un sol fertile et bien drainant. L'arbre à soie supporte des sécheresse occasionnelles.Maladie du corail : Développement de petits coussinets rose vif à rouge et déssèchement des rameaux.Méthodes de multiplication - bouture,greffe,marcotte.

     

    Acacia baileyana

    Acacia baileyana 

    En plus de sa floraison, ce mimosa possède un autre atout par son feuillage fin et bleuté du plus bel effet toute l’année.Feuillage : Bleu gris, petites feuilles composées bipennées. Port général retombant. La variété ’purpurea’ est très jolie avec ses jeunes pousses de couleur pourpre au printemps.Hauteur : 5 à 10 m., croissance rapide.Floraison : Glomérules jaune or en janvier/février. Exposition : Soleil. Description sans doute un des plus beaux mimosas, pour sa floraison en janvier février en longues grappes de couleur jaune d'or, mais surtout pour son feuillage persistant bleu teinté de lilas et de pourpre. Les nouveaux bourgeons sont eux aussi de couleur pourpre, en contraste avec le reste de la végétation, où domine le bleu intense.Une taille après la floraison peut limiter le développement de l’arbre et de conserver une forme compacte.Les racines sont très puissantes. Il est donc conseillé d’éviter de le planter à proximité des habitations.Multiplication par semis après trempage des graines, par bouturage (possible mais difficile, en saison estivale) ou greffe (Juillet-Août-Septembre).A planter sur sols pauvres, drainés, secs ou frais. Eviter les sols calcaires.
    Exposition plein soleil à mi-ombre.Rusticité jusqu’à -8°C et tolère de très courtes périodes de gel.A noter : la variété ‘purpurea’ à feuillage coloré.Son système racinaire puissant ne permet pas de l’implanter près des habitations.Arbre à croissance rapide d’environs 8 mètres de hauteur, à port arrondi, possédant des branches souples et retombantes.La floraison est hivernale (Janvier-Février) en longue grappes, légèrement parfumées, de couleur jaune vif brillant.
     

     

    Gaura
    Gaura lindheimeri blanche Originaires des prairies arides des Etats-Unis, les gauras sont parmi les vivaces les plus florifères qui soient. Elles forment, dès le début de l'été des buissons de fleurs graciles, blanches ou roses selon les variétés. La floraison se prolonge jusqu'en automne et peut même se prolonger jusqu'en début d'hiver dans les régions tempérées. Le Gaura forme une touffe buissonnante aux fines tiges portant de petites feuilles lancéolées. Ces tiges florales élancées ont des fleurs de couleur blanc éclatant à rose pâle. Les boutons floraux sont de couleur pourpre et les calices d'un rose orangé. La fleur est formée de 4 longs pétales spatulés en éventail. C'est une plante a très belles ramifications. Idéale pour les mélanges de couleurs dans les bordures. Les Gauras aiment le plein soleil, les sols pauvres et drainants. A noter que les variétés à fleurs blanches se ressèment facilement dans les sols graveleux. Faciles d'utilisation, les gauras sont très souvent utilisés dans les jardins aux allures sauvages et forment avec les pennisetums et les penstemons hybrides un trio gagnant. Plante vivace, une fois mise en terre, c’est une des plus florifères et des plus frugales qu’il soit. Son secret : sa racine pivotante qui s’enfonce profondément et la met à l’abri du gel et de la sécheresse. Aucun soin ou presque. En région fraîche à froide, où les gels se prolongent au printemps et débutent tôt à l’automne, les gauras fleuriront de juin à septembre inclus. Les premiers frimas auront raison d’abord de la floraison puis, avec un peu plus d’intensité, le gel détruira les parties aériennes.Plus le climat est doux, plus la plante fleurit longtemps. En climat atlantique et, à plus forte raison en climat méditerranéen. Plantez les gauras au bon endroit, ils feront le reste Du soleil ! c’est le premier critère à prendre en compte pour une floraison importante et durable. Une ombre légère ou de l’ombre sur une petite partie de la journée est acceptable, mais pas de sous-bois ou d’exposition ombragée au nord. Une terre bien drainée ! c’est le second critère important, car Gaura lindheimeri ne supporte pas les terres humides ou l’excès d’eau fait pourrir les racines. Les plantations en talus ou pentes, même en terrain caillouteux, conviennent idéalement. Pour le reste… faites confiance aux gauras : engrais totalement inutiles et traitements phytosanitaires également. Bon à savoir : Gaura lindheimeri se ressème, surtout l’espèce type. Mais il est possible de bouturer les pousses non florifères, en début d’automne, en godets de terre légère et fraiche.



    Sinensis
    Comment réussir votre marcottage ? Cette technique consiste à multiplier un végétal en faisant émettre des racines à l'une des parties du plant d'origine. La technique du marcottage dit " aérien " se fait directement sur la branche choisie (diamètre 5 cm). Cette technique se pratique au printemps, et nécessite de plusieurs mois ou plusieurs années suivant les espèces afin d'obtenir une pousse racinaire suffisante "la marcotte". Il faut retirer l'écorce de la branche sur quelques centimètres puis mettre de l'hormone de bouturage sur cette partie que l'on recouvrira de mousse humide et d'un plastique perforé. Une fois les racines apparues, on coupe la branche et on peut replanter dans un mélange drainant pour favoriser le bon développement des racines. Si la glycine possède une tige, tuteurez celle-ci à un tuteur bien droit. Si elle en possède plusieurs, vous pouvez les tresser autour de ce tuteur, elles vont se ‘souder’ avec le temps. Laissez la plante se développer jusqu’à la hauteur que vous désirez : 2 m à 2 m 50 au jardin, un peu moins en pot sur la terrasse. Taillez le tronc à cette hauteur et supprimez toutes les tiges et les feuilles qui poussent sur ce tronc hormis les dernières branches ou bourgeons du haut. Ceux-ci en se développant vont former la charpente que vous taillerez régulièrement par la suite en rabattant à deux yeux les pousses secondaires qui en partent.



    Glycine de Chine
    Glycine de Chine (Sinensis) Famille :Légumineuses LA GLYCINE LA PLUS REPANDUE! Très classiques parmi les plantes grimpantes, les glycines font la gloire des jardins romantiques. Ce sont des lianes volubiles à très grand développement dont la vigueur est parfois destructice pour ses supports. La variété sinensis, très parfumée, fleurit en mai en grappes compactes d'un bleu violet soutenu de 20 à 30 cm de long, La floraison massive bleu-violet soutenu, en grappes de 35 à 50 fleurs , surgit avant l'apparition du feuillage. C'est la glycine la plus répandue et la seule à refleurir plus ou moins abondamment pendant l'été. Ces fleurs dégagent un très agréable parfum. Pour faire des semis, les contenants doivent être très propres et munis de trous dans le fond pour permettre à l'eau de s'écouler. Il faut remplir les pots de terreaux, préalablement mouillés, puis faire un trou au centre, laisser tomber 2 à 3 graines dans chaque trou et recouvrir les graines avec le terreau et tasser légèrement. Il faut recouvrir le contenant par un verre afin que les graines soient dans un milieu chaud et humide pendant la germination.Lorsque les plantules ont 3 feuilles, il faut les replanter dans un contenant un peu plus grand, pour leur permettre de grossir. Quand le beau temps arrive, aux alentours de mai, on peut sortir les jeunes plants mais la température doit rester toujours supérieure à 20°C.

     

    3914-1
    Si on plantait des Phlox Hormis de rares exceptions venues d’Asie de l’Est, les Phlox sont originaires d’habitats divers d’Amérique du Nord : montagnes, prairies, espaces boisés... Les premiers furent introduits en Europe au 8ème siècle, comme Phlox carolina qui a donné naissance à de nombreux hybrides. Depuis cette époque, les phlox ont fait en effet l’objet de multiples hybridations et il en existe aujourd’hui un nombre impressionnant de variétés : ils ont été notamment l’un des genres de prédilection de Victor Lemoine, le célèbre horticulteur lorrain, et « The Plant Finder » en répertorie plus de 500. Les phlox sont des plantes herbacées, quelques espèces portant des tiges ligneuses à la base. S’ils sont pour la plupart vivaces, il existe quelques espèces annuelles et notamment Phlox drummondii (Phlox de Drummond), la plus connue, très appréciée pour sa floraison estivale prolongée et sa facilité de culture. Les phlox offrent de belles et longues floraisons colorées, souvent parfumées, qui ont fait leur popularité. Le nom du genre est un mot grec qui signifie "flamme", exprimant la couleur vive dont étaient parées les premières plantes. Aujourd’hui, il y en a pour tous les goûts : feuillage vert ou panaché, fleurs allant des pastels les plus doux aux tons les plus «pétaradants», en passant par les blancs, roses, bleus, violets, oranges, rouges, pourpres, bicolores, avec même, depuis peu, une pointe de jaune exposition Les grands phlox d’été ont besoin de soleil pour bien fleurir, mais ils détestent les situations brûlantes et les heures les plus chaudes de la journée, préférant le soleil du matin et s’accommodant très bien de la mi-ombre. Les phlox de printemps préfèrent quant à eux la fraîcheur et la mi-ombre, et même parfois l’ombre : • Phlox stonolifera tout comme P. subulata se plaisent en situation semi-ombragée. • Phlox divaricata est celui qui tolère le mieux l'ombre. • Phlox maculata est plus résistant à la mi-ombre que P. paniculata. sol Les phlox prospèrent dans les sols riches, frais et bien drainés, mais tolèrent tous les terrains à quelques exceptions près : certains ont en effet besoin d’un sol plutôt acide comme Phlox stolonifera, ou comme Phlox carolina, qui dans la nature pousse dans des terrains légèrement acides et humides emplois Du fait de leurs ports très variés, les phlox se prêtent à de multiples utilisations : • rocailles, crêtes de murets, couvres-sols pour les espèces basses qui forment ainsi de ravissants coussins et de jolies «moquettes», comme : - Phlox subulata, le phlox «mousse» aux feuilles en aiguille, qui rampe à 10 cm en formant un véritable tapis - Phlox bifida, pour le soleil, en sol bien drainé et même sableux - Phlox divaricata, qui déteste la sècheresse, et fait un excellent couvre-sol pour les lieux clairs, ou même à l’ombre • massifs : selon leur hauteur, les grands phlox peuvent constituer des bordures colorées, s’harmoniser entre eux ou s’associer aux asters, penstemons hybrides, graminées, et à de nombreuses plantes d’été et de début d’automne • potées : cet usage est réservé aux espèces annuelles ou à celles dites «de rocaille» (Phlox subulata, Phlox douglasii, qui lui ressemble beaucoup, tous deux au feuillage persistant, Phlox divaricata …). Comme pour de nombreuses vivaces cultivées en pot, il faudra les diviser fréquemment pour les garder en forme, et de préférence les replanter ensuite au jardin • et même en bouquets où les panicules imposantes des phlox d’été font merveille, avec une bonne tenue Comment les entretenir les phlox aiment avoir les pieds au frais : pailler copieusement le sol pour garder la fraîcheur mais ils n’aiment pas passer l’hiver les pieds dans l’eau : apporter le cas échéant un amendement drainant pour qu’ils ne souffrent pas de l’humidité hivernale les phlox aiment une terre riche : faire des apports de compost ou de fumier très mûr. Avec le paillage, le sol reste souple et fertile si des zones desséchées apparaissent sur les plantes tapissantes après un hiver rude, tailler et apporter une couverture de compost après la floraison : rabattre sévèrement les variétés à floraison printanière pour stimuler la pousse pendant les mois d’été (c’est aussi le moment de les diviser) à l'automne : tailler au niveau du sol on peut aussi encore prolonger la période de floraison des hybrides modernes (qui dure déjà de fin mai à septembre) : - en raccourcissant quelques tiges au printemps en cours de végétation - en « épluchant » les fleurs fanées au fur et à mesure - en rabattant systématiquement les hampes florales dès la fin de la floraison afin que les plantes remontent Comment les multiplier semis (à réserver aux phlox annuels) au printemps lorsque la terre est réchauffée le repiquage n’est pas facile : il vaut mieux semer en place boutures herbacées (boutures “en vert”) les prélever au printemps sur des pousses latérales de plantes saines et vigoureuses, lorsqu’elles sont en pleine végétation y penser lorsqu’on procède aux « pincements » printanier bouturage de racines à faire pendant toute la période de végétation (jusqu’en septembre) ou sous abri l’hiver prélever des portions de racines le plus près du pied la méthode a l’avantage de fournir des plantes saines division : au printemps ou à l’automne, tous les 4 à 5 ans elle permet de régénérer les plantes et de les rendre moins sensibles aux maladies Comment les choisir phlox de printemps Il n’est vraiment pas facile de faire un choix parmi un tel nombre d’espèces ! Parmi les plus cultivés on peut citer : Phlox × procumbens: un hybride ancien connu déjà au 19ème siècle, haut d’environ 25 cm, tiges dressées, floraison avril-mai Phlox borealis arctica, de culture plus facile car moins exigeant pour le sol, 10-12 cm, fleurs roses en mai-juin au soleil Phlox bifida, haut de 10-20 cm, il est cultivé pour ses fleurs en forme d'étoile, de couleur blanche ou lilas, en avril-mai et pousse dans le sable, au soleil, mais disparaît rapidement : il est recommandé d’en faire des boutures Phlox caespitosa, en coussins très denses, floraison blanche à bleu clair en mai, situation sèche, vient bien aussi à l’ombre légère Phlox diffusa, 10-15 cm, en coussinet de fleurs roses, lilas, blanches Phlox divaricata, disparaît presque sous les fleurs : lavandes, pourpres, dans une bonne terre de jardin pas trop sèche, au soleil ou à mi-ombre Phlox divaricata subsp. laphamii ‘Chattahoochee’, à fleurs violettes au cœur pourpre intense, est peu robuste, difficile à multiplier mais si beau. Leur culture en France a débuté en 1839 chez Lierval qui aurait produit des milliers de graines, pendant que les horticulteurs belges et anglais travaillaient sur des plantes moins hautes et une grande palette de coloris. Beaucoup de variétés sont apparues au siècle dernier en France, notamment chez Lemoine à Nancy. Tous demandent une terre riche et fraîche pas trop calcaire, au soleil ou à l’ombre légère. Il ne faut pas oublier l’espèce type, qui reste une valeur sûre : - Phlox paniculata : plante haute de 80 cm, bleu pâle, légère, gracieuse et robuste