• Le bouturage

     

    Les différentes techniques de bouturage

     

    Le bouturage

     

     

     

     

     

     

     

     

    À talon, en crossette, de tige ou d'oeil..., tous ces qualificatifs font référence à différentes techniques de bouturage.

    Boutures : le principe du bouturage

     

    Le bouturage est un mode de multiplication végétative assez simple à réaliser et qui permet d'obtenir un pied identique à la plante-mère (ce que l'on obtient pas forcément avec un semis).
    Le principe de base est le suivant : prélever un organe sur le végétal (le plus souvent, un morceau de tige) et le planter dans un substrat adéquat, léger et drainant (lire : Les bases du bouturage).
    Plusieurs techniques existent mais ne s'adaptent pas à toutes les plantes et à toutes les saisons.

    La bouture simple (de tige)

    Le bouturage

    La bouture de tige consiste à planter un tronçon de tige, effeuillé à sa base et coupé sous un nœud.

    Quand ? Les boutures de tiges sont classées en fonction de la maturité des tissus : boutures herbacées, semi-aoûtées (semi-ligneuses) et aoûtées (ligneuses). Les premières sont faites au printemps ou au début de l'été, les deuxièmes à la fin de l'été, et les dernières à l'automne.

    Pour quelles plantes ? La bouture simple convient à la plupart des plantes vivaces et annuelles, aux arbustes et aux arbres.

     

    Les boutures herbacées s'enracinent très facilement mais sont assez fragiles. On utilise cette technique pour les plantes difficiles à bouturer, les semi-rustiques, ou celles dont on veut obtenir un résultat rapidement, comme les fleurs à massif (fuchsias, géraniums, impatiens, penstemon, verveines-fleurs,...).
    Les boutures d'automne sont idéales pour les plantes aux feuillages persistants, car les risques de déshydratation dus au soleil sont passés.

     

    La bouture de racine

    Le bouturage

    Le prélèvement des boutures se fait sur les racines jeunes et ligneuses, c'est-à-dire celles qui peuvent émettre des bourgeons. Cette technique de bouturage est simple et ne demande pas de soins particuliers. Elle ne permet pas, cependant, d'obtenir beaucoup de boutures (au risque d’affaiblir la plante mère) et demande juste... de sortir la plante de terre !

    Pour quelles plantes ? Les espèces vivaces à racines charnues assez épaisses (molène, pavots, phlox...) et quelques arbustes drageonnants.

    Quand ? Hiver.

     Bouturage de racines

    La bouture dans l'eau

    Le bouturage

     

    Certaines plantes émettent très facilement des racines lorsqu'on place une de leurs tiges vertes dans un verre d'eau. La méthode est simple et ludique. Mais la reprise de la plante, une fois mise en terre, est parfois plus difficile que pour un bouturage classique.

    Pour qui ? Les plantes d'appartement, comme le bégonia, le dieffenbachia, la misère ou le philodendron, mais aussi le laurier-rose, le lierre, le papyrus, le saule...

     

    La bouture de feuille

    Le bouturage

    Il existe plusieurs façons de procéder (feuilles incisées, feuilles découpées) : lire Bouturage de feuilles.

    Pour quelles plantes ? Cette technique est employée sur les plantes à feuilles charnues des plantes d'appartement, mais aussi sur les fuchsias, pourpiers, sedums...

     

    La bouture en talon

    Le bouturage

     

    La bouture en talon se fait sur un jeune rameau secondaire, auquel on a conservé l'empatement qui le réunissait à un rameau principal de l'année précédente. Ce talon ainsi obtenu correspond à une zone propice à la fabrication de racines. On accroît ainsi les chances de réussite de l'opération, mais le prélèvement du talon peut causer des dommages à la plante-mère.

    Pour qui ? Les plantes qui « font du bois » : vivaces semi-arbustives (romarin, lavande...), rosiers, arbustes (forsythia, lilas, sureau...), grimpantes (clématite, vigne...), conifères (thuya, if... Bouturer les conifères) peuvent bénéficier de ce bouturage.

    La bouture d'oeil

    Le bouturage

    Elle se compose d'un petit morceau de rameau de l'année (2 à 5 cm de long) doté d'un œil axillaire (à l'aisselle d'une feuille), ce dernier ayant la possibilité de se développer et de former une tige. Cette technique permet d'obtenir plusieurs boutures sur une même tige, mais le développement de la bouture en plante est long.

    Pour qui ? Essentiellement pour le camélia qui est lent à s'enraciner, mais aussi l'hortensia, le rhododendron, la vigne et les ronces (mûres).

    La bouture en plançon

    Le bouturage

    C'est la bouture la plus rapide à réaliser : une branche droite coupée de biais et plantée directement dans le sol.

    Pour qui ? Elle convient seulement aux arbres les plus conciliants, comme le peuplier ou le saule.

    Quand ? Du milieu de l'automne au milieu de l'hiver, quand la plante est au repos végétatif.

     

    Boutures de dahlias

     

     

     

    Parmi les plantes à floraison estivale, le dahlia fait l’orgueil de bien des jardiniers ! Originaire des régions chaudes du Mexique, d'Amérique centrale et de Colombie, cette plante d’ornement très en vogue de la famille des astéracées.

     

    Le bouturage

     

    On obtient en avril un bulbe qui a déjà bien poussé.  On y prélève alors des boutures (une tige portant 4 feuilles et un bourgeon et dont on coupe les 2 feuilles du dessous).

    Le bouturage

     

    On trempe le bout de la tige dans de l'hormone de bouturage et on la plante dans de petits pots.  L'enracinement est très rapide et la plante se développera comme une autre plante issue d'un bulbe.

    Le bouturage

     

    En fin de saison, lorsqu'on récupère la plante, on aura de petits bulbes.Un autre avantage de cette technique, est que la division des bulbes, comme on le pratique en général, apporte parfois des maladies puisque le bulbe a été sectionné.  Le bouturage est par contre beaucoup moins risqué de ce côté-là.

     

    UNE MULTIPLICATION FACILE

    Le bouturage


    La division de souche Le renouvellement sera assuré par la division de la souche lors de la replantation ou par bouturage au printemps. A l'aide d'un couteau bien tranchant, coupez entre les tubercules, en conservant au moins deux à trois patates. Laissez sécher la coupe avant de planter. Vous pouvez diviser vos tubercules tous les deux ou trois ans.

     

    Bouturage des géraniums

     

    Le bouturage

    Bouturer ses géraniums est sûrement la méthode la plus efficace et la moins coûteuse pour les multiplier. Idéalement à la fin de l'été lorsque l'arbuste est en fleur.

    1- Sectionnez l'une des plus belles tiges de votre géranium (une tige sans fleur ayant poussée durant l'année).

    2- Coupez avec le sécateur préalablement désinfecté une bouture d'une dizaine de centimètres en haut de la plante sur une tige ne portant pas de fleurs.

    Le bouturage

    3- Coupez la base de la bouture avec un greffoir désinfecté, juste sous le point d'insertion d'une feuille.

    4- Coupez les feuilles sur 5-6 cm à partir de la base.

    5-Trempez cette partie dans l'eau durant quelques minutes puis dans un mélange appelé hormone de bouturage que vous trouverez en jardinerie.

    Le bouturage

    6- Plantez la bouture dans un pot de 8 cm de diamètre que vous aurez rempli de terreau spécial bouturage ou d'un mélange de terreau et de sable. Aidez vous d'un plantoir.

    7- Placez votre pot à l'extérieur et à l'ombre sauf pour les boutures réalisées au printemps qui resteront à l'intérieur jusqu'à ce que la température extérieure soit supérieure à 20°C.

    8- Arrosez régulièrement.

    Le bouturage

    9- Pendant l'hiver, il est important de garder vos boutures dans un endroit sec, frais et surtout hors gel.

    10-Vos boutures pourront être mises en terre dès le printemps prochain !

     

    Bouturage des rosiers

    Le bouturage

     

     

    Bouturer un rosier permet de multiplier facilement les rosiers préférés de votre jardin.
    La multiplication d'un rosier peut être réalisée de différentes façons : par marcottage, par semis, par prélèvement de drageons... L'avantage du bouturage, qui se pratique de la fin du mois d'août au mois d'octobre, c'est qu'il est facile à réussir.
     
     
    Le bouturage

    Le choix de la future bouture

    La tige de votre rosier choisie doit être de l’année. Vigoureuse, exempte de toute trace de maladie, choisissez-la bien droite, aoûtée ou semi aoûtée. Sur une pousse de 25 cm de long, coupez en biseau sous la feuille la plus basse et faite de même à 0,5 cm au dessus de la feuille supérieure. Prenez soin de ne pas couper un bourgeon puis enlevez délicatement les épines et toutes les feuilles exceptées les deux feuilles du haut pour limiter l’évaporation qui affaiblirait la plante.

    Le bouturage

    Bouturage

    Trempez la base de la bouture dans l'eau, puis dans de l'hormone de bouturage, dont vous ferez tomber l'excédent en tapotant avec un doigt .

    Plantez ensuite dans un pot rempli d'un terreau léger, ou un mélange à parts égales de sable et de tourbe (ou utilisez un terreau spécial semis et boutures ). Il est tout à fait possible d'installer plusieurs boutures  dans un même contenant.

    Le bouturage

    Maintenez l'humidité mais sans excés. En quelques semaines, des racines doivent se former à la base de la tige. Il est alors préférable de transplanter chaque bouture dans un pot individuel, où elle peut passer l'hiver, à moins que vous ne préfériez après une nouvelle attente de quelques semaines mettre en terre ce nouveau plant.

     

    Bouturer en mars

    Exemple avec la bouture du Bégonia :

    La bouture est une réussite à tous les coups .

    Comme toutes les boutures, il est néanmoins nécessaire de procéder sur 4 ou 5 tiges non seulement pour avoir rapidement une jolie potée mais aussi en cas de ratage, avoir au moins une ou deux tiges réussies.

    Le bouturage

    C’est la bouture « classique » avec des tiges d’au moins 3 noeuds, en bonne santé, sans les feuilles du bas, plantées dans du terreau de semis ou même de rempotage.

    Le bouturage

    Lorsque vous voyez apparaître de nouvelles feuilles, vous pouvez la rempoter dans du terreau pour plante verte.

    J’ai aussi pu constater qu’une tige plantée directement dans le pot du pied mère avait réussie.

    Par bouture d’eau :

    Là, pas de nombre de noeuds nécessaires : un petit bout prend très bien dans l’eau pour peu qu’on ait prévu un support pour qu’elle ne tombe pas.


    Si vous n’avez qu’une tige, vous pouvez placer sur le verre d’eau du film plastique et faire un trou au milieu pour y mettre la tige. Ainsi, les feuilles ne toucheront pas l’eau et elles ne pourriront pas au risque de compromettre la bouture.

    Il est utile aussi d’y mettre un bout de charbon : on change l’eau qu’une fois tous les 15 jours.

    Le bouturage

    Attendez que les racines fassent minimum 2 cm puis rempoter dans du terreau très léger comme du terreau à semis et n’oubliez pas d’arroser. Dans les premiers jours, il ne faut pas que le terreau soit sec. Puis réduisez les arrosages.

     

    Bouturer la lavande

     

    Le bouturage

     

    Quand bouturer la lavande ?

    Une fois toutes les fleurs récoltées ou fanées, prélevez vers la mi-août un rameau pour la bouture

    Choisissez plusieurs rameaux latéraux sains et vigoureux (sans bois) de 20cm de long. Éliminez à la main toutes les feuilles sur les deux tiers du bas de la bouture. Recoupez de moitié les feuilles du haut à l’aide de ciseaux  ; vous limitez ainsi l'évaporation et le dessèchement de la bouture.

    Le bouturage

    Trempez l'extrémité des rameaux dans de la poudre d'hormones de bouturages (secouez pour faire tomber le superflu) ou trempez dans une solution d'hormones de bouturage naturelle .

    Le bouturage

     

     

     

     

     

    Repiquez ces boutures par 3-4 dans des godets de terreau bien drainant, humidifiez bien le substrat.Installez les godets à la lumière, à l'abri du plein soleil et des vents. Evitez tout arrosage superflu tant que les racines ne sont pas formé. Vous pouvez aussi procéder par bouturage à l'étouffée en coiffant les godets d'une demi-bouteille plastique. Aérez régulièrement les boutures pour éviter un excès de condensation et quand les nouvelles feuilles apparaissent.

     

    Le bouturage

    Comptez 3-4 semaines pour que les racines se forment

    Tant que la bouture ne change pas d’aspect c’est que le processus se déroule sans souci.